Le domaine



Le domaine

DIX SIÈCLES D’HISTOIRE

L’abbaye de Jau, ce sont dix longs siècles d’histoire, débutant dès le XIIe siècle avec sa fondation par des moines cisterciens. Son développement commença à la fin du XIIIe siècle quand Antal II, l’évêque d’Elne, attribua aux moines le domaine de Clairana avec les droits d’eau sur la rivière Verdouble. Ils donnèrent alors au domaine le nom de l’abbaye - Jau - et y bâtirent la tour qui se tient fièrement à flanc de rocher encore aujourd’hui. Elle constituait à l’époque un élément de défense et de guet contre les attaques des pirates barbaresques qui sévissaient en Roussillon. Ainsi protégés, les moines du domaine cultivaient vignes et oliviers. Grâce au mutage, qui garantissait une meilleure stabilité aux produits, ils purent rapidement exporter leurs vins dans toute l’Europe.

Du XVe siècle à la fin du XIXe siècle, la propriété fut affermée par la famille Xopi. L’un de ses membres les plus éminents fut notamment recteur de l’université de Paris et donna l’oraison funèbre de Louis XIV. Du XVIe siècle à leur départ, les nouveaux hôtes enrichirent le domaine d’une nouvelle activité, l’élevage du ver à soie. Le château lui-même fut construit à l’initiative de Catherine Xopi juste après la Révolution française.

Deux autres héritages de cette période demeurent à ce jour : le murier tricentenaire qui est devenu l’emblème du château de Jau et les bâtiments de l’ancienne magnanerie. Ceux-ci abritent aujourd’hui un espace d’art contemporain.



La propriété fut transmise à une famille catalane de Barcelone, puis a une famille de négociants en vins locaux, les Bourdouil. C’est en 1973 que Jean et Bernard Dauré firent l’acquisition du domaine : une acquisition toute naturelle, eux-mêmes étant propriétaires d’une entreprise de négoce et issus d’une famille de tradition viticole - leur arrière-grand-père était vigneron à Rivesaltes. Ils ne tardèrent pas à lancer des travaux de replantation et de rénovation pour réhabiliter le Château. Visionnaires, les deux hommes se lancèrent dès les années 70 dans l’oenotourisme et montèrent une fondation d’art contemporain.

Ils développèrent également un vignoble dans le cru Collioure, Les clos de Paulilles, puis créèrent un vignoble au Chili baptisé Las Niñas, en l’honneur de la toute dernière génération - exclusivement féminine - de la famille Dauré.

Aujourd’hui, les enfants de Bernard ont pris sa succession à la tête du domaine, d’abord Estelle, puis son frère Simon. Forts de leur décision d’engager le vignoble dans un virage écologique, ils s’insèrent ainsi dans la longue tradition du domaine de Jau : s’appuyer sur un riche héritage historique et culturel pour s’assurer un avenir innovant et prospère.

DIX SIÈCLES D’HISTOIRE

L’abbaye de Jau, ce sont dix longs siècles d’histoire, débutant dès le XIIe siècle avec sa fondation par des moines cisterciens. Son développement commença à la fin du XIIIe siècle quand Antal II, l’évêque d’Elne, attribua aux moines le domaine de Clairana avec les droits d’eau sur la rivière Verdouble. Ils donnèrent alors au domaine le nom de l’abbaye - Jau - et y bâtirent la tour qui se tient fièrement à flanc de rocher encore aujourd’hui. Elle constituait à l’époque un élément de défense et de guet contre les attaques des pirates barbaresques qui sévissaient en Roussillon. Ainsi protégés, les moines du domaine cultivaient vignes et oliviers. Grâce au mutage, qui garantissait une meilleure stabilité aux produits, ils purent rapidement exporter leurs vins dans toute l’Europe.

Du XVe siècle à la fin du XIXe siècle, la propriété fut affermée par la famille Xopi. L’un de ses membres les plus éminents fut notamment recteur de l’université de Paris et donna l’oraison funèbre de Louis XIV. Du XVIe siècle à leur départ, les nouveaux hôtes enrichirent le domaine d’une nouvelle activité, l’élevage du ver à soie. Le château lui-même fut construit à l’initiative de Catherine Xopi juste après la Révolution française.

Deux autres héritages de cette période demeurent à ce jour : le murier tricentenaire qui est devenu l’emblème du château de Jau et les bâtiments de l’ancienne magnanerie. Ceux-ci abritent aujourd’hui un espace d’art contemporain.



La propriété fut transmise à une famille catalane de Barcelone, puis a une famille de négociants en vins locaux, les Bourdouil. C’est en 1973 que Jean et Bernard Dauré firent l’acquisition du domaine : une acquisition toute naturelle, eux-mêmes étant propriétaires d’une entreprise de négoce et issus d’une famille de tradition viticole - leur arrière-grand-père était vigneron à Rivesaltes. Ils ne tardèrent pas à lancer des travaux de replantation et de rénovation pour réhabiliter le Château. Visionnaires, les deux hommes se lancèrent dès les années 70 dans l’oenotourisme et montèrent une fondation d’art contemporain.

Ils développèrent également un vignoble dans le cru Collioure, Les clos de Paulilles, puis créèrent un vignoble au Chili baptisé Las Niñas, en l’honneur de la toute dernière génération - exclusivement féminine - de la famille Dauré.

Aujourd’hui, les enfants de Bernard ont pris sa succession à la tête du domaine, d’abord Estelle, puis son frère Simon. Forts de leur décision d’engager le vignoble dans un virage écologique, ils s’insèrent ainsi dans la longue tradition du domaine de Jau : s’appuyer sur un riche héritage historique et culturel pour s’assurer un avenir innovant et prospère.


Le vignoble

Le vignoble

Vous trouverez le vignoble du Château de Jau sur les premiers contreforts des Corbières dans la vallée de l’Agly. Il s’étend sur une centaine d’hectares, eux-mêmes entourés de 500 hectares de garrigues au milieu de paysages sauvages préservés d’une beauté saisissante. Nous avons le privilège d’être seuls sur cette rive de l’Agly, un gros atout pour la culture biologique : en conversion vers l’agriculture biologique depuis 2018, le vignoble pourra revendiquer le label bio pour la récolte 2021.

Le Château de Jau jouit de conditions idéales alliées à un terroir d’exception pour produire des vins de grande qualité.

Vous trouverez le vignoble du Château de Jau sur les premiers contreforts des Corbières dans la vallée de l’Agly. Il s’étend sur une centaine d’hectares, eux-mêmes entourés de 500 hectares de garrigues au milieu de paysages sauvages préservés d’une beauté saisissante. Nous avons le privilège d’être seuls sur cette rive de l’Agly, un gros atout pour la culture biologique : en conversion vers l’agriculture biologique depuis 2018, le vignoble pourra revendiquer le label bio pour la récolte 2021.

Le Château de Jau jouit de conditions idéales alliées à un terroir d’exception pour produire des vins de grande qualité.

Nos valeurs


L’ÉCOLOGIE

Les vecteurs de notre engagement pour la préservation de notre
environnement et de sa biodiversité se diversifient un peu plus chaque
année. En conversion vers l’agriculture biologique, nous sommes
aujourd’hui certifiés Haute Valeur Environnementale Niveau 3.
Nous avons aussi réintroduit une trentaine de ruches sur le vignoble, mis
en place une convention avec un berger qui conduit son troupeau dans nos
vignes tous les ans, et lancé un programme de plantation d’arbres.
Nous protégeons par ailleurs scrupuleusement nos ressources en eau.


L’HUMANISME

En tant qu’entreprise à taille humaine, nous souhaitons que l’homme
demeure au centre du jeu. Une partie de nos salariés est venue vivre sur la
propriété, partageant notre passion de la terre ainsi que notre volonté de
produire des vins de grande qualité.


L’INNOVATION

La créativité a toujours été l’une des qualités fondamentales du Château
de Jau, qui n’a jamais hésité à prendre des risques en termes de marketing.
Voilà plus de 40 ans qu’il a été pionnier dans l’oenotourisme en mettant en
place l’un des premiers restaurants vigneron du pays.


L’ART

L’art contemporain a toujours eu une place de choix au Château, par
exemple à travers l’accueil d’artistes et de l’organisation d’une grande
exposition au sein de notre fondation chaque été.

Nos valeurs


L’ÉCOLOGIE

Les vecteurs de notre engagement pour la préservation de notre
environnement et de sa biodiversité se diversifient un peu plus chaque
année. En conversion vers l’agriculture biologique, nous sommes
aujourd’hui certifiés Haute Valeur Environnementale Niveau 3.
Nous avons aussi réintroduit une trentaine de ruches sur le vignoble, mis
en place une convention avec un berger qui conduit son troupeau dans nos
vignes tous les ans, et lancé un programme de plantation d’arbres.
Nous protégeons par ailleurs scrupuleusement nos ressources en eau.


L’HUMANISME

En tant qu’entreprise à taille humaine, nous souhaitons que l’homme
demeure au centre du jeu. Une partie de nos salariés est venue vivre sur la
propriété, partageant notre passion de la terre ainsi que notre volonté de
produire des vins de grande qualité.


L’INNOVATION

La créativité a toujours été l’une des qualités fondamentales du Château
de Jau, qui n’a jamais hésité à prendre des risques en termes de marketing.
Voilà plus de 40 ans qu’il a été pionnier dans l’oenotourisme en mettant en
place l’un des premiers restaurants vigneron du pays.


L’ART

L’art contemporain a toujours eu une place de choix au Château, par
exemple à travers l’accueil d’artistes et de l’organisation d’une grande
exposition au sein de notre fondation chaque été.